Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Aug

Les Cardères pour combattre la maladie de Lyme...

Publié par nivate

Suite à mon dernier article sur la Cardère à lainer / Dipsacus sativus : 

http://www.decorecup.com/2015/08/la-cardere-a-lainer-dipsacus-sativus-la-seule-fleur-qui-ait-travaille-a-l-usine.html

Je me suis intéressé aux propriétés médicinales de cette plante.

Et, à ma grande surprise, cette plante aurait des aptitudes pour combattre la bactérie borréliose.

Après des recherches laborieuses sur ce sujet, il semblerait que la cardère agirait effectivement sur cette bactérie qui fait des ravages dans le monde actuelle.

En fait, il s’agit de la cardère sauvage / Dipsacus fullonum / et non de la cardère à lainer que des tests ont été réalisées.

A mon avis, les principes actifs doivent être les mêmes mais la cardère à lainer étant en voie de disparition et ne se trouvant pas dans la nature, aucun examen ne peut être réalisé.

 

Ne vous trompez de Cardère ! La cardère cultivée ( Dipsacus sativus ) a des épines recourbées...La cardère sauvage ( Dipsacus fullonum ) a des épines droites.Ne vous trompez de Cardère ! La cardère cultivée ( Dipsacus sativus ) a des épines recourbées...La cardère sauvage ( Dipsacus fullonum ) a des épines droites.

Ne vous trompez de Cardère ! La cardère cultivée ( Dipsacus sativus ) a des épines recourbées...La cardère sauvage ( Dipsacus fullonum ) a des épines droites.

Cardère Sauvage

 

Nom latin : Dipsacus fullonum L.

Famille : Dipsacaceae

Catégorie : herbacée bisannuelle, rosette basale la première année, tige florifère dressée la deuxième année.

Feuillage : les feuilles oblongues de la rosette sont persistantes, elles disparaissent avant la floraison. La seconde année les feuilles le long de la tige florale sont rugueuses, oblongues et leur nervure médiane est épineuse. Soudées par paires et opposées elles forment de petites coupes qui retiennent l'eau d'où le nom commun de « Cabaret des Oiseaux ».

Floraison : haute tige anguleuse portant de gros capitules ovoïdes, entourés d'une collerette de longues bractées.

Couleur : petites fleurs mauves régulièrement disposées entre les bractéoles piquantes des capitules.

Hauteur : 1 à 2 m la deuxième année.

Sol : riche, profond, frais à humide, souvent argileux.

Emplacement : soleil, le long des routes, rivières, fossés, dans des friches.

Origine : Europe, Afrique du Nord. Naturalisé en Amérique du Nord.

Cardère sauvage. C'est la racine qui va nous intéresser.
Cardère sauvage. C'est la racine qui va nous intéresser.Cardère sauvage. C'est la racine qui va nous intéresser.Cardère sauvage. C'est la racine qui va nous intéresser.

Cardère sauvage. C'est la racine qui va nous intéresser.

La maladie de Lyme

 

La maladie de Lyme est un syndrome bien complexe devant lequel la médecine officielle est démunie. Il s'agit d'une maladie endémique induite par certaines tiques porteuses d'un micro-organisme spiralé, le Borrelia burgdorferi. 

Les Cardères pour combattre la maladie de Lyme...

À part dans l'Est de la France, où la maladie est endémique, les médecins connaissent très peu la maladie de Lyme, sinon pas du tout. Ceux qui l'ont voient souvent 3 ou 4 médecins avant qu'enfin, on évoque Lyme.

On fait des tests, on ne trouve rien et un jour ou l'autre, on finit par se retrouver chez le psychiatre avec des antidépresseurs... entrant ainsi dans une spirale infernale dont on sort rarement indemne.

C'est un peu l'histoire de la syphilis, qui autrefois était considérée comme une maladie mentale, avant qu'on ne découvre qu'elle était due à une bactérie.

Et le parallèle n'est pas gratuit : la bactérie de la syphilis appartient à la même famille des spirochètes que les borrélies de la maladie de Lyme.

Les Cardères pour combattre la maladie de Lyme...

Les borrélies, dont on connaît bien maintenant les nombreuses sous-espèces, sont des bactéries d'un genre très particulier. Ce sont des spirochètes, qui se caractérisent par une forme spiralée.

Grâce à cette configuration, et à leurs capacités motrices bidirectionnelles, elles sont capables de déjouer toutes les stratégies du système immunitaire. Elles sont capables de prendre une forme particulière, dite « forme L » : une stratégie redoutable propre aux bactéries les plus intelligentes qui leur permet de se cacher dans des kystes sphériques dans tous les tissus et tous les organes.

 

De cette manière, elles échappent aux antibiotiques et aux globules blancs.

A partir de l'intestin de la tique qui suce le sang humain, les borrélies remontent dans son système digestif puis s'insinuent dans le derme, entre les cellules de peau et les fibres de collagène. Elles provoquent des dégâts sur la peau (dermo-borréliose), s'en prennent très rapidement aux articulations (arthrite de Lyme), en particulier du genou, aux nerfs (neuro-borréliose) et peuvent même atteindre le cerveau et en dernier ressort le cœur.

dégâts sur la peau (dermo-borréliose) : Érythème migrant typique, mais qui n'est présent sous cette forme double que chez moins de 10 % des malades.

dégâts sur la peau (dermo-borréliose) : Érythème migrant typique, mais qui n'est présent sous cette forme double que chez moins de 10 % des malades.

Les antibiotiques : 
nécessaires mais pas suffisants.

 

 

 

Le traitement classique de la maladie de Lyme consiste en une antibiothérapie puisque la maladie est due à une bactérie. La durée du traitement (21 à 30 jours généralement, jusqu'à 2 mois) et les doses (souvent moyennes ou fortes) dépendent de l'ancienneté et de la gravité de la maladie. Le traitement antibiotique sera d'autant plus efficace qu'il est précoce.

 

Ce traitement ne parvient cependant pas à guérir tous les cas de maladie de Lyme, surtout lorsqu'elle est diagnostiquée tardivement.

Car la bactérie demeure souvent tapie dans des sites difficilement accessibles aux antibiotiques, comme les hématies, les lymphocytes, ou des points enkystés.

Et elle pourra ressurgir ultérieurement et provoquer de nouvelles pathologies semblables à celles évoquées dans la phase tertiaire.

 

 

Enfin la maladie se complique du fait d’autres stress oxydatifs cellulaires très divers générés par des co-facteurs aussi différents que la consommation de tabac, l’exposition aux métaux lourds, l’alimentation, le stress psychique, etc..

 

 

Bref tout un univers d’agents et milieux pathogènes vont agir sur le système immunitaire humain;

les symptômes polymorphes déboussoleront autant médecins que patients au point d’aiguiller vers de mauvaises voies de diagnostic. Au tout début de l’infection, bien que les séparations en phases ne fassent pas l’unanimité, les symptômes précoces peuvent être complètement absents ou se superposer à une symptomatologie plus tardive, ou une autre pathologie.

 

 

Sans signe clinique évident, la bactérie peut rester tapie pendant de très longues années parce qu’elle est intra-cellulaire. 

Et comme d’autres infections dites "froides" ou "dormantes", ce germe microbien peut se réveiller à la faveur d’un stress, d’une autre infection ou de toute autre cause et, si la réponse immunitaire est moins performante, déclencher des symptômes avec atteinte générale qui se "chronicisent" en l’absence d’intervention.

Si l’on simplifie, on peut dire que, passant la barrière méningée, la bactérie s’installe dans l’ensemble du système nerveux et s’y cache à l’abri d’une sorte d’enveloppe que très peu de médicaments vont pouvoirs "percer" pour l’en déloger.

 

De plus, les agents pathogènes du genre Borrelia sont des bactéries de la famille des spirochètes, extrêmement mobiles, changeant de formes, et lorsqu’elles se sont installées depuis longtemps, quasi insaisissables avec les moyens mis en œuvre par notre pays.

Et justement, une des propriétés de la cardère, c'est de déloger ces bactéries pour être ensuite détruite par les antibiotiques et le système immunitaire.

 

Possibilité de guérison naturelle de la borréliose de Lyme

Par le Dr. Wolf-Dieter Storl, Ethnobotaniste 

 

Extrait: 

 

 

La cure de racine.

 

Lors d’un cours sur les plantes médicinales en Bavière, je vantais les mérites inespérés de la cure de teinture de cardère pour soigner la borréliose.

Demanda alors la parole une dame âgée et corpulente, guérisseuse et connaissant bien les plantes. Elle m’assura qu’elle savait cela depuis fort longtemps. Mais elle me signifia aussi qu’elle utilisait la racine en tisane pour soigner les rhumatismes articulaires et l’arthrose. Même lors d’une spondylarthrite (rhumatisme inflammatoire touchant colonne vertébrale ou rachis), elle avait eu du succès. Son „remède de cheval “consistait dans un jeune de trois semaines, éventuellement un peu de nourriture crue, durant lequel on boit, à petites gorgées, de cette très amère et dépurative tisane (1 cuill à thé par tasse, ébouillantée, infusée, non sucrée) jusqu’à trois tasses par jour; Après une semaine, le patient recommence à s’alimenter, mais continue de boire cette tisane durant encore deux semaines. En ce qui concerne la borréliose, m’affirma-t-elle, il serait judicieux, en prévision, chaque mois de reprendre de cette tisane, durant un, deux, voire trois jours (sans pour autant impérativement jeuner). Les spirochètes, à son sens, calqueraient leur rythme sur la lune (28 jours) pour se multiplier.

 

Sous l’impulsion de ce compte-rendu de la dame, je poursuivis dès lors mes recherches dans les transmissions des thérapies européennes.

Là, je découvris que la racine de cardère avait, depuis fort longtemps, valeur de désintoxication pour la goutte, arthrose, rhumatisme, dermatoses, furoncles, acné, crise de foie et infections urinaires. Intérieurement, la racine de cardère réagit en stimulant la vessie, la vésicule biliaire et favorise l’élimination de nos déchets de cellules du foie par la transpiration.

La médecine populaire italienne connait pour cet usage une décoction à partir de la racine réduite (2grs pour 100ml d’eau) et ingérée le matin à jeun.

Durant la renaissance, la racine fût cuite dans du vin, réduite en bouillie et appliquée extérieurement „dans la fente de notre bas-ventre“ contre fistules et verrues.

De plus amples recherches et investigations cliniques sont évidemment utiles. Evidemment, j’aurai dû faire procéder à des analyses sanguines par la suite, pour faire le constat, s’il y avait eu production d’anticorps ou s’il y avait encore des spirochètes.

Mais je me sentais tellement bien, que je ne m’en suis plus soucié. Ce compte-rendu se veut exclusivement notifier une piste possible pour traiter de façon phytothérapique, la borréliose de Lyme.

La cardère contiendrai de l’iridoide, de la saponine, des dérivés de la caféine, des sels de potasse et du Glykosid Scabiosid

 

Elaboration de la teinture de cardère

(d’après Mathew Wood)

 

 

Les racines de cette plante bisannuelle seront récoltées en automne, hiver ou printemps (avant qu’elles ne montent en tiges).

 

Elles seront nettoyées, réduites avec soin et mises en pot en verre avec fermeture vissée, après avoir été recouvertes d’alcool de grain ou de la vodka.

 

Après une macération de 3 semaines (pot dans un endroit chaud), l’extrait est prêt.

 

Dosage: 3 gouttes, 3x par jour.

 

Durée de la cure : 3 à 4 semaines. Il serait favorable de reprendre de cette teinture dans les 12 prochains mois, à raison de 3 jours/mois.(ce qui devrait prévenir l’expansivité possible, mensuelle des borrélies).

 

Remarque: L’indication de 3 gouttes 3x/jour est hypothétique. Mon expérience personnelle, démontra que la quantité 1 cuil/thé, 3x /jour pouvait être atteinte.

 

 

Adresse pour la teinture de cardère (Kardentinktur): INK-Institut für Neurobiologie nach Dr. Klinghardt GmbH Magirusstr. 21b, 70469 Stuttgart-Feuerbach Tel. 0711-80 60 87-0, Fax 0711 - 80 60 87-13 http://www.ink-neuro-biologie.de/

 

 

Avertissement

Aucun des conseils donnés sur ce blog ou dans les documents ne fait office de prescription médicale.

Je pense qu'une cure de cardère a l'avantage d'être préventive dans le cas de piqure de tique.

 

Après la morsure, le plus caractéristique des signes est cette plaque rouge évoluant, appelée érythème migrant, et qui apparaît souvent 1 à 3 semaines après la piqûre mais seulement dans 40 à 60% des infections... D’où bien des problèmes de détermination rien qu’à ce stade.

 

En parallèle à cette cure, serait de renforcer les défenses immunitaires.

Les mesures suivantes pourraient dans ce cas être bénéfiques :

 

 1. Assez dormir

 

 2. Activité au grand air et au soleil

 

 3. Un régime approprié avec beaucoup de fruits et légumes frais, avant tout carottes et betteraves rouges qui contiennent beaucoup de carotène, importante dans les luttes contre les infections.

 

De même de l’ail, l’ail des ours ou l’oignon dont les alcaloïdes (Allicin) génèrent un effet anti-microbien et simultanément remontent l’activité des globules blancs.

Il faudra commencer par limiter la consommation de sucreries, des laitages et des graisses cuites qui affaiblissent le système immunitaire.

Une alimentation riche en crudités, fruits, légumes, poissons (oméga 3) et huiles végétales (olive, colza, noix) sera bénéfique pour l’équilibre acido-basique du corps, les défenses immunitaires et le drainage digestif.

 

En tout cas, dès cet automne, je chercherai des racines de cardère sauvage pour concevoir cette teinture.

Je me fais mordre régulièrement par des tiques, pourtant je fais très attention : je mets des vêtements adaptés, je me pulvérise de produits répulsifs et dès que je rentre, je jette tout mes vétements dans la machine à laver et je me propulse sous la douche en m'inspectant partout.

Je me fais mordre généralement 2 jours après, je pense qu'ils sont dans mon véhicule à m'attendre...sale bestiole.

 

Etant donné que je me trouve dans une région très contaminée, je consommerai de cette teinture de cardère même si je n'ai pas de signe caractéristique.

 

 

au mois de novembre
au mois de novembre
au mois de novembre

au mois de novembre

racines

racines

Teinture mère Teinture mère

Teinture mère

Commenter cet article

Pierre- yves 09/07/2017 14:48

Pas le temps ni l´envie de faire ma propre potion. Je me suis renseigner et acheter sur Internet. Evidemment c´est un peu cher mais si on se tient a la posolgie évoquée, on tient longtemps Avec un Flacon. J´ai commandé chez Kasimir et Liselotte, les moins que j´ai trouvé. La qualité était au rendez-vous..

sylvie 27/12/2016 00:02

Super article, merci beaucoup !
J'ai été piquée il y a deux mois, et je suis en pleine montée de symptômes...Avez vous des précisions sur la posologie ? il y a plusieurs versions...
Et avez vous des pistes pour un lieu où jeûner, sympa et pas cher ?... J'y crois : le mieux est de combiner jeûne et cardère, mais où ? Pas à Paris en tous cas...

MAETZ 19/03/2017 21:56

J'ai découvert sur le site de "vivre au naturelle" en lien avec Alternative santé,un dossier sur la maladie de Lyme.
Lire le long article sur la maladie de lyme, et les propositions de cures avec une préparation d'huiles essentielles.

Il serait bien d'alterner les cures. Pour le jeûne, il y a en Morbihan Désiré Mérieux qui organise des stages détox.

Belles découvertes et prise en santé de votre santé

MamieJoe

JV 22/09/2015 15:22

Bonjour,

je cherche des graines de Dipsacus fullonum L.
Je vous remercie par avance pour votre aide !

JV

nivate 23/09/2015 16:55

Bonjour, vous cherchez des graines de cardère sauvage ! J'en ai pas dans l'immédiat mais c'est la période pour les récolter. Je vais essayer de vous trouver cela rapidement pour vous en envoyer. En attendant vous pouvez me joindre : nivate@aol.com pour me communiquer votre adresse postale. Cordialement. ( Vous n'avez pas de cardère sauvage qui pousse par chez vous?)

Archives

À propos